Blog Archives

Aucun mental…

Bon ok je n’ai pas encore parlé du Thankscrimmage avant de parler de nouveau des entraînements chez les Derby Dolls, mais je vais le faire promis! Ma vie est juste un pur chaos en ce moment entre un emploi du temps de fou avec le boulot et un déménagement en préparation je n’ai pas une minute à moi! Et en plus de tout ça la préparation du Bootcamp Team France, le site Roller Derby Made in France enfin oui de quoi ne pas m’ennuyer!!

Donc cette semaine il a été très dur pour moi d’aller à l’entraînement, en plus j’avais la visite d’une de mes meilleure pote de France, qui est venue me voir jouer à Thankscrimmage et qui est venue passer quelques jours à San Diego. Et la coïncidence fait qu’on a une amie en commun qui a rejoint une équipe dont j’avais aidé une des fondatrice à lancer un appel aux candidates, donc il me tarde d’aller faire un tour au Pays Basque pour aller les voir!

Donc ce soir vu que je suis crevée je me suis dis que je n’allais faire qu’une heure de bootcamp et que je n’allais pas céder à l’envie d’aller à l’entraînement league. Mon genou est toujours sensible et avec la fatigue je sais que je risque de me blesser… surtout que j’ai encore du mal à avoir une bonne vision du jeu en défense en banked. L’entraînement bootcamp ce soir est en flat… sympa sauf que j’ai bousillé toutes mes roues à m’entraîner en extérieur et les seules roues que j’ai sont des bonnes roues pour le banked mais trop dures pour le flat, et après j’ai des hybrides… qui sont bien mais pas au top… donc à chaque fois le flat devient une épreuve à la Doll’House. Enfin bon! Ce soir la coach est Killer Groove supplée de Assaulty Cracker. L’entraînement va s’avérer assez basique et plus pour les joueuses de niveau 1 et 2… un peu ennuyant pour nous mais ça ne fait jamais de mal de revoir les bases! Donc on a travaillé sur le bloc en poussant la joueuse hors du terrain, en s’appuyant sur elle, mais surtout en poussant avec sa jambe extérieure. Chose dont on n’a pas toujours besoin en flat car on peut arriver à sortir la joueuse juste en poussant de tout son poids, mais cette technique s’avérera très bénéfique en banked. Il va falloir que je m’y habitue car j’ai la fâcheuse habitude de m’appuyer de tout mon poids et donner un coup de hanche juste en arrivant à la ligne, mais en banked je ne vais pas toujours y arriver surtout en montant! Du coup l’entraînement a quand même été assez bénéfique et en me mettant en binôme avec une des filles qui a le plus haut niveau du groupe 3 on a pu se bloquer sans craintes!!

Fin de l’heure et donc de l’entraînement, toutes les Swarms sont là pour l’entraînement league… dont Bonnie D.Stroir!! Et là… ben j’ai eu AUCUN mental! Moi qui devais rentrer après une heure d’entraînement parce que j’étais morte, j’ai pas réussi à résister de rester au moins une heure… Si jamais Bonnie fait l’entraînement je m’en mordrai les doigts de le louper… Et puis mon rêve est de rejoindre les Swarms donc j’aimerai voir comment jouent les filles car pour le moment je me suis entraînée majoritairement avec les Diego Rollers. Ce soir la coach sera Assaulty Cracker… un peu déçue mais j’adore les entraînements qu’elle fait donc bon je sais que je vais apprendre. Donc on a travaillé pas mal les bases, ce qui me fait encore plus adorer cette league car on apparends vraiment énormément. Donc ce soir on a vu comment patiner sans trop utiliser ses bras ce qui est primordial pour 1. éviter les fautes bêtes de coudes et 2. utiliser sa force dans ses jambes et pas inutilement dans ses bras. Donc en gros on a patiné en faisant les T-Rex! Lol oui très comique à faire 🙂 Ensuite on a fait des exercices de pack, donc type scrimmage en incluant un “bridge” pour savoir où se situer et diriger les bloqueurs qui vont tenter de ralentir le jammeur. Super intéressant, surtout en étant bloqueur car il est beaucoup plus difficile de ralentir et donc cela a été un bon exercice pour moi! Ah tient j’avais oublié un exercice d’échauffement, le slalom en file indienne… ça devient tellement simple en flat à force de le faire! Surtout avec les conseils de Trish the Dish, j’arrivais maintenant à être rapide, très basse, à rester proche de la file de joueuses et surtout à bouger mes pieds… ouais d’accord c’est pas la même chose en banked!!! Bon je l’avoue c’était frustrant…quand tu montes tu arrives à faire des petits pas pour te déplacer rapidement comme tu l’as appris les semaines précédentes… mais quand tu descends… t’as beau faire un hockey cut pour passer devant la fille que tu passes mais… tu descends!!! Donc dans les tournants où la pente est plus raide et ben tu fais pas la fière!!!! Donc bon voilà un point que je devrais bosser…

Au bout d’une heure, j’ai quand même réussi à avoir le mental de partir, surtout après plusieurs chutes car mes jambes ne tenaient plus. Mais bon je ne regrette pas d’être restée au moins une heure! Et puis j’ai pu baver devant le talent de Bonnie D.Stroir! Pffff de quoi bien te dégoutter, mais bon un jour… lol

Advertisements

Rollercon jour 1 : La découverte

Rollercon, un mot qui résonne dans nos têtes lorsque l’on commence le derby. Ce tournoi de l’autre côté de l’océan où les meilleures joueuses se rencontrent, où les stars du derby donnent des cours, enfin un pur rêve pour toutes les rollergirls du monde entier!

En déménageant en Californie, je me suis dessuite dis qu’il fallait que j’aille au Rollercon, car il se déroule chaque année à Las Vegas, qui est tout proche de San Diego, et de plus je me doutais que je serai “obligée” d’y aller, car toutes mes coéquipières iraient vu que les créatrices et organisatrices du Rollercon ne sont autres que mes coéquipières et coachs, Ivanna S.Pankin et Trish the Dish! Je me suis donc proposée dès le début en tant que bénévole. Entre temps mes projets ont changé car j’ai trouvé du boulot, mais j’ai de la chance d’avoir un boss super cool qui m’a laissé prendre 2 jours d’affilés off pour pouvoir y aller vu que je devais y bosser! Donc me voilà une semaine avant, à prendre mon Rollercon pass, mon ticket d’avion et m’incruster dans une chambre avec mes coéquipières!

Jour J! Mon sac est prêt dans ma voiture, journée de boulot intense, mais je saute dans l’avion direct après (avec des places en 1ère ça aide à passer un bon voyage, merci la carte FlyingBlue!) et me voilà arrivée dans un aéroport pleins de lumières qui clignotent partout, le bruit des machines à sous, et la chaleur du désert! C’est bon je suis bien arrivée à destination à Las Vegas!! Je prends ma navette qui traverse le strip en pleine nuit et qui m’emmène au Riviera, l’hôtel-casino où se déroulent les festivités, et me voilà arrivée dans un hall immense avec un patin gonflable géant et juste quelques personnes qui se baladent à droite à gauche… pfff moi qui m’attendais à voir un hall pleins de rollergirls… enfin bon je me dis qu’on est en pleine nuit donc elles doivent bien être dans les parages! Je me dirige vers l’ascenseur pour poser mes bagages dans notre chambre et là première surprise, je me retrouve nez à nez avec Meryl Strip-Her! Ça tombe bien on espérait se voir dès mon arrivé, pas besoin de batailler très longtemps. Je pose mes affaires et je décide de redescendre pour voir comment sont les salles, etc, pour voir en clair où j’allais passer mes 2 prochains jours! Malheureusement toutes les salles étaient fermées, mais j’ai pu voir Ivanna S.Pankin qui était en plein boulot (et il était assez tard). J’étais en direction pour retourner dans la chambre et je reçois un texto d’une de mes anciennes coéquipière du Tennessee, Taz Maniac, me disant de la rejoindre à la piscine. La piscine du Rollercon… ouverte 24h/24, et tout ce que vous entendez n’est pas un mythe! Arrivé à la piscine, la pression de la compétition redescend et tout le monde se lâche! Donc je me retrouve au bord de cette piscine, entourée des Tampa RollerGirls et d’une centaine d’autres fondus de roller derby, hommes et femmes confondus (enfin pour les hommes heureusement que les gars de LA étaient à côté de nous… parce que c’était les seuls et ils étaient pas nombreux!) Je ne me fais pas très longue pour pouvoir profiter à fond de ma première journée, et je tente donc de ne pas succomber à la folie de la soirée à la piscine en retournant rapidement dans la chambre.

Jeudi 7h du mat, réveil sans problème tellement je suis impatiente de passer mon premier jour au Rollercon, et nous voilà debout avec ma coéquipière Mistress Doom, prêtes à aller m’enregistrer à l’accueil de l’événement et découvrir tout ce qu’offre le Rollercon! Bien sûr je ne vous cache pas que je suis vraiment partie dans l’inconnu, je sais juste qu’il y a des matchs, des cours auxquels je ne peux pas participer parce que je n’ai pas le pass VIP, je sais que je vais jouer avec les Foxes français (équipe composée majoritairement de filles de Californie qui ont des origines françaises et qui adoptent des noms de derby français pour l’occasion) mais après je ne sais pas trop ce que je vais y faire à part regarder des matchs… mes coéquipières m’ont quand même prévenues que je devais avoir des maillots de pleins de couleurs différentes avec mon numéro car je pourrai jouer si il manque des gens dans des équipes… donc nous voilà vers 8h du mat à nous balader dans l’hôtel, sans pouvoir rentrer encore dans les salles du Rollercon car tout ouvre à 9h. Je pars faire la queue pour m’enregistrer, on me remet un sac pleins de goodies, un autocollant à mettre sur mon casque pour prouver que j’ai bien un pass auprès des refs et nous voilà parties vers les salles où se déroulent les matchs… et là le paradis! Une salle immense avec une piste entourée de gradins, de balcons, des allées de vendeurs, et j’apprends que ce sera le terrain où je jouerai plus tard avec les Foxes français! Je vous avoues que la pression monte un peu car je sais que les filles ont un super niveau et donc je vais devoir assurer pour ne pas les décevoir de m’avoir ajouté au roster!! Deux autres portes s’ouvrent sur cette salle et on peut y découvrir deux autres salles avec 1 piste dans chacune, une pour les scrimmages et free skate, une pour les autres matchs.

Il est 9h, la journée commence pour le Rollercon! Peu de monde est là (les matinées sont dures au Rollercon après les supers soirées organisées 🙂 ) mais un scrimmage est sur le point de commencer dans la salle d’échauffement. Quoi de mieux comme échauffement, on saute sur l’occasion avec Mistress Doom! … et là on se rend compte que ce scrimmage est de niveau 1-2, donc débutant… ou comment culpabiliser quand tu donnes un bloc à la jammeuse et qu’elle vole… enfin bon moyen de bosser son blocage positionnel et de jammer un peu vu que je sais très bien que je ne tenterai pas de jammer avec des gens qui ont un niveau largement supérieur au mien! Je ne me voile pas la face, moi et mon année de derby face à des gens qui jouent depuis 4ans ou plus, je sais que je serai celle avec le moins de niveau! Au Rollercon, tout se divise en niveau, mais la différence est grande! Le niveau 1-2 est débutant, pour les filles qui commencent à peine les matchs et viennent de passer leurs MS (pas de MS, pas de Rollercon, ou juste en tant que spectateur et tout ça est bien vérifié) et 3-4 est intermédiaire-avancé. Donc tu peux être sûr que tu va jouer avec des gens qui ont un énorme niveau en niveau 3-4, ce qui est quand même super pour bien progresser!

On décide de couper court le scrimmage et on part vers le dernier étage de l’hôtel pour un cours de Yoga avec Sarasassin que je dois voir pour bosser sur le Scavenger. On arrive dans une salle immense avec une vue magnifique sur le strip! Quoi de mieux pour commencer la journée!! Quelques petits étirements après et des bons fous rires, on décide de redescendre voir les matchs en cours. N’ayant pas osé encore sauter sur l’occasion de jouer en prenant la place de quelqu’un qui ne se serait pas présenté (et à vrai dire je ne sais pas trop comment je dois m’y prendre), je décide de regarder un match co-ed où joue Taz Maniac et plusieurs joueurs contre qui j’ai joué à Los Angeles.

L’heure du match avec les Foxes français est bientôt là! On se retrouve avec les autres françaises, Francey Pants et Meryl Strip-Her pour notre préparation entre françaises (qui se résume en séance de papotage intense), on rencontre nos futures coéquipières, on s’équipe, et nous voilà dans nos tenues frenchies sur la piste pour nous échauffer! J’avoue que les tenues des allemandes étaient particulièrement sympa mais honnêtement je ne sais pas comment elles ont joué avec!! lol. 13h45, début du match! Super ambiance des deux côtés, mes 2 coachs-coéquipières Ivanna S.Pankin et Trish the Dish sont dans notre équipe, on voit également dans les deux équipes de beaux noms comme Duchess VonDamn ou Fifi Nomenon. Superbe match pour une première au Rollercon et malgré une défaite, je ne pouvais pas rêver mieux comme premier match!

Crédits : Vegas Shooter Photography

Le super truc avec le Rollercon c’est que tu revois des gens que tu n’as pas vu depuis super longtemps, comme mon ancienne coéquipière, ou tu peux rencontrer des gens avec qui tu papotes sur le net mais que tu n’as jamais eu la chance de rencontrer! Et en parlant de cela, juste avant le match, j’ai pu apercevoir Karla Karschër et Kozmic Bruise et à la fin du match j’ai pu enfin rencontrer une expatriée de plus, Lil’ Kitty Split, qui joue en Arizona et avec qui j’ai pu passer un peu de temps pendant tout le séjour!

Ça y est un match passé, je prends mon courage à deux mains… enfin bon ok, je vais parler à Taz Maniac, mon ancienne coéquipière.. (mais bon c’est déjà un premier pas! :)) pour qu’elle essaie de me mettre dans le roster de son équipe pour le match du soir. Et là on m’explique enfin tout le concept des rosters du Rollercon. Les gens s’inscrivent sur des rosters plusieurs semaines à l’avance, et certains ne viennent pas en fin de compte au Rollercon ou d’autres ne se présentent juste pas au début du match (cela est très fréquent les matins… surtout les derniers jours 🙂 ), et donc soit on peut être rajouté au roster sous son vrai nom et numéro, soit on fait semblant de rien, on voit quelle personne n’est pas là, on prend son numéro et on se fait passer pour elle en mettant son numéro au tape sur un t-shirt ou au marqueur (j’ai presque pleuré quand j’ai du mettre mon maillot Team France à l’envers et que Satan’s Little Helper m’a foutu un gros coup de marqueur dessus…)! Chose que j’ai fait plusieurs fois pendant le week-end et ce n’est pas facile d’avoir un autre numéro que le sien, donc il vaut mieux ne pas se faire prendre par les zèbres 🙂

Donc deuxième match de la journée sera un co-ed (match mixte), je fais parti de l’équipe des Jocks avec les filles des Tampa RollerGirls et on joue contre les Nerds… et un de mes concurrent ne m’est pas inconnu et honnêtement c’était mieux de l’avoir dans mon équipe! lol. Je parle de Quadzilla avec qui j’ai déjà joué à Toulouse dans la même équipe et qui nous avait donné de supers conseils tout au long du scrimmage. Malgré tout il a été très sympa et m’a même aidé en me parlant français pour m’aider sur le track à me sortir d’une situation ambiguë, ce qui a beaucoup fait rire ses coéquipiers, mais tout ça vous montre la bonne ambiance lors du Rollercon. C’est compétition car tout le monde veut bien sûr gagner mais sans vraiment l’être car le score importe peu et tout le monde est content de jouer l’un contre l’autre! Pendant ce temps sur le track principal joue l’équipe Vagine Regime… et apparemment on aura loupé le match de l’année! Le public est en folie totale et le spectacle a apparemment été assuré, on pouvait les entendre de notre track et je vous avoue qu’on avait tous envie d’arrêter de jouer pour aller les voir! Mais Vagine Regime c’est quoi au juste? Vous allez bientôt en entendre parler car une équipe est en train de se former en France (et pour le rollercon une française en faisait déjà parti : Francey Pants ), mais cette équipe n’est pas juste une équipe sur le terrain, mais un regroupement de femmes et d’hommes homosexuels, bisexuels et transsexuels. Tout le monde se souvient de V Diva de la Team USA, Fifi Nomenon qui est aussi une joueuse exceptionnelle est également transsexuelle, et une preuve de plus que le roller derby est un sport merveilleux, ouvert à tout le monde sans discrimination.

Après cette journée intense je retrouve ma coéquipière Mistress Doom pour aller manger au pub irlandais de l’hôtel et partir à la soirée Luau (thème hawaïen)… et c’est là que j’ai pu découvrir la folie du Rollercon! Au début quand tu arrives, tu te dis que c’est bien dommage qu’il n’y ai pas que des filles… pas d’un côté sexiste et concernant les matchs, mais avouons toutes qu’entre filles on s’en foue un peu de tout, et quand on vous donne un thème qui vous pousse à vous trimbaler en maillot, vous vous en foutez d’être en maillot toute la soirée entourées de filles mais dès qu’il y a des mecs votre côté je-ne-suis-pas-à-l’aise-à-me-trimballer-en-maillot ressort même si tout le monde s’en foue et qu’on voit des costumes osés… et honnêtement ce sentiment s’efface bien vite!! Vous me direz les mecs sont rares et donc on ne s’aperçoit plus qu’ils sont là au bout d’un moment! Donc nous voilà en route pour la soirée Luau avec nos gourdes pleines d’eau (oui on a réussi à le faire croire à pleins de gens!! lol), direction une salle pleine de rollergirls en maillot et tenues hawaïennes (bon les mecs aussi étaient en hawaïenne ça aidait peut être à oublier qu’ils étaient là lol) en train de danser, de regarder danser les jammers de Riedell et bien sûr boire des cocktails et tout autre type de boissons. La soirée s’est terminée assez tôt, donc quoi de mieux pour détendre les muscles qu’un petit tour dans la piscine de l’hôtel qui s’est vue envahir en peu de temps lorsque la soirée s’est terminée, sachant que la température extérieure est encore très haute. La piscine est également située dans un lieu stratégique… sur notre route entre les salles du Rollercon et les chambres donc comment ne pas s’y arrêter!! Après un petit plouf, direction le lit, épuisée par cette journée et prête à me lever tôt pour ma dernière journée en espérant pouvoir m’incruster dans quelques rosters!

California dreamin’

Comme moi quand on dit Californie vous voyez déjà les palmiers, la plage, les surfeurs, le beau temps tout au long de l’année, les ballades de roller au bord de la plage, la belle vie quoi! Et ben c’est tout à fait ça! Pas un jour de pluie depuis mon arrivée (il y a 2 mois), ce qui aide pour la gestion des entraînements en extérieur qui sont nombreux du coup et souvent au bord de la plage, tout ça signe d’une vie extraordinaire (bon on oubliera la partie boulot et compagnie 🙂 )!

Mais repartons au commencement de cette nouvelle vie au paradis! Comme vous l’aviez lu auparavant, je suis allée visiter ma famille au mois d’avril, comme l’année précédente, j’avais eu un entraînement avec les Derby Dolls, et au cours d’un soirée ma cousine m’a lancé le pari fou de déménager chez elle pour vivre le rêve Californien et tenter ma change sur la côte Ouest! Pari relevé sans trop d’hésitation vu que pour moi le retour en France n’était plus envisageable, il était temps que je vives ma vie et que je réalise mes rêves les plus vieux! Après un road trip de 9 jours, avec plus de 2400 miles parcourus, 8 états et 4 zones horaires traversés, et des souvenirs pleins la tête, me voilà officiellement en Californie! Et comme vous l’imaginer, débarquer dans une ville inconnue du jour au lendemain ça demande beaucoup de boulot! Dans cette histoire j’ai eu de la chance, je vis dans une maison extraordinaire avec de supers colocs donc c’était un soucis de moins!

Concernant le derby, il m’a d’abord fallu faire un choix parmi les trois ligues présentes dans la ville! Les Derby Dolls n’étaient pas tellement une option pour moi vu qu’elles font principalement du banked, et je suis trop attachée au flat. Mais au cours de mon séjour en avil, j’étais passée chercher du matos à Sin City Skates, et j’avais fait la connaissance de Trish the Dish qui m’avait pas mal motivée à les rejoindre! Leur équipe est toute jeune (1 an en juin), avec des objectifs énormes comme être une WFTDA full member d’ici la fin de l’année et participer aux regionales l’an prochain! Moi qui recherche toujours des nouveaux challenges, cela était très tentant! Sans oublier le fait que les coachs ne sont autre que Trish the Dish et Ivanna S.Pankin, joueuses également dans l’équipe, qui sont des personnes très reconnues et respectées dans le milieu du derby. La troisième équipe n’étant pas WFTDA mon choix s’est tourné très rapidement vers les SoCal Derby… et je ne regretterai jamais mon choix!!

Premier entraînement au bord de la plage! Que rêver de mieux! Deuxième dans une salle de rink hockey avec un sol bizarre donc très dur de s’y faire… mais j’ai eu droit à un accueil génial, j’avais l’impression d’avoir toujours été là avec elles. La majorité des joueuses jouent depuis un moment et viennent d’équipes de tous les États-Unis ou d’une des autres ligues de San Diego. Autre particularité de notre équipe dont nous sommes fières, au tout début très peu de filles étaient hétéro, maintenant nous sommes plus nombreuses, mais nous avons une grande diversité de personnes et personnes n’est mis de côté! Et nous sommes majoritairement des femmes… oui nous avons un seul homme 🙂 (bientôt deux, un français risque de nous rejoindre!) D’ailleurs certaines filles s’amusent à lui dire qu’elles le considère comme une des filles donc elles aiment qu’il soit là! L’explication de tout se fera comprendre par la mentalité du roller derby en Californie!

Au début comme tout le monde, je pensais vraiment que le derby était énorme en Californie. C’est vrai que j’ai été mal habituée dans mon ancienne ligue qui était super bien structurée avec un corps arbitral en or, et ma surprise n’a été que grande en allant à mon premier match en Californie… Trois jours après mon arrivée, mes coéquipières m’embarquent à mon premier match de Merby… J’y partais un peu à reculons car même si j’accepte totalement que les hommes pratiquent le derby et que je suis contente que les hommes partagent notre passion, je n’étais pas une des plus grandes fan du jeu pratiqué par les hommes… mais j’avoue que mon point de vue a totalement changé après ce match et je suis même prête à aller jusqu’à Los Angeles pour voir jouer l’équipe locale!! L’équipe de San Diego (qui fait parti de l’autre ligue de la ville) rencontrait l’équipe Nord Californienne composée de joueurs d’un peu partout, dont notre seul mec faisant parti des SoCal! Et la déception est venue… du corps arbitral! Ça nous a valu de bons fou rires mais de gros énervements également!! Cela m’a montré directement que l’arbitrage n’était pas un point fort de la Californie du Sud et qu’il allait falloir que j’ai beaucoup de sang froid au cours des prochains matchs (je le confirme, ça a valu des bonnes séances de chambrage avec un de mes potes qui a arbitré notre dernier match et qui m’a donné des majors extraordinaires! lol) J’ai pu faire ensuite mon premier scrimmage co-ed juste après le match, avec la participation de Hockey Honey (que je n’ai bien sur pas reconnu sur le coup!), ce qui m’a décidé de rejoindre l’équipe co-ed locale!

Illustration par Denoel

Quelques semaines plus tard, me voilà embarquée à Los Angeles pour participer à mon premier match officiel de co-ed! Pas trop dépaysée avec une de mes coéquipières dans mon packs, et avec également d’autres supers joueurs, nous avons affronté une équipe composée… de très peu de filles, donc tout le contraire de nous!! Cela ne nous a pas empêché de prendre énormément de plaisir, de nous éclater, et de bien sûr vouloir recommencer très vite l’expérience!! D’ailleurs j’ai retrouvé toutes ces personnes au rollercon, et cette fois-ci j’ai pu jouer avec certains d’entre eux. Et comme cadeau souvenir j’ai eu droit à mon premier oeil au beurre noir… j’ai eu des tonnes de bleus mais celui là je n’avais jamais réussi à l’avoir malgré plusieurs années de rugby!

Les semaines suivantes n’ont été synonyme que de bonheur concernant le roller derby! Des progrès énormes grâce à mes 2 coéquipières-coachs qui nous poussent toujours plus loin et nous lancent des challenges à tous les entraînement! Oui, en gros c’est bootcamp toutes les semaines chez nous 🙂 Et en plus de ça il y a eu 3 jours extraordinaires au rollercon, où j’ai pu jouer avec les Foxes Francais! Vous savez cette équipe qui joue aux couleurs de la France avec des maillots raillés noirs et blancs, des couvres casques avec un béret, des moustaches dessinées sur le visage et des cigarettes accrochées à la bouche! (enfin les arbitres nous ont interdit de jouer avec ces cigarettes cette année…) Et samedi dernier, premier match contre les AZRD Tent City Terrors, l’équipe de Joy Collision et Atomatrix! Mais je n’en dit pas trop, cela annonce de nombreux futurs articles sur ma vie en Californie qui est faites de pleins de moments extraordinaires concernant le roller derby! Donc que du bonheur en perspective et malgré la séparation difficile avec mon ancienne ligue dans le Tennessee, une carrière derbystique en Californie qui ne s’annonce que merveilleuse!